samedi 23 juillet 2016

Là où les lumières se perdent de David JOY


Nous sommes en Caroline du Nord, petite bourgade des Appalaches.
Il y a des gens parfois qui ont la malchance de naître au mauvais endroit, au mauvais moment dans la mauvaise famille. C'est le cas de Jacob McNeely, jeune homme de 18 ans. Sa famille est loin d'être idéale. Fils de Charly McNeely, trafiquant de drogue dominant toute la région et d'une mère droguée, ayant perdu tout ancrage avec la réalité, difficile pour Jacob de se lancer dans la vie.

 Et la vie ne lui fait pas de cadeaux. Trop peu encouragé, persuadé que ça ne lui servirait à rien, Jacob quitte le lycée à 16 ans. N'ayant plus de lien social, il s'enlise très vite
Un jour, envoyé par son père pour surveiller la bonne exécution d'une mission, Jacob assiste à un gros ratage. Le ratage où tout dégénère très vite. Là, Jacob voit ce qu'il n'aurait jamais voulu voir et participe à une violence sans nom qu'il ne cautionne pas. Là, il se rend compte que sa vie ne sera jamais que violence, drogue et sang. Une vie de looser. Amer constat qui l'emmène à une fête de fin d'études où il retrouve son amie d'enfance Maggie. De nouveau, les choses vont mal se passer. Jacob voit rouge lorsque le petit copain de Maggie essaye de la forcer à consommer la pire des drogues. Coup de nerf. Jacob le tabasse. 
Les choses s'enchaineront alors rapidement. Violence, fuite deviennent le lot quotidien de Jacob.
 

Avec ce roman, David Joy soulève des questions plus qu'intéressantes :
- Comment avancer dans la vie lorsque, dès la naissance, on porte des valises trop lourdes ?
- Peut-on s'affranchir d'une emprise familiale toxique ? 
- Pourquoi n'y arrive-t-on ? Sont-ce les valises qui sont trop lourdes ou un sentiment de fatalité qui coupe les jambes et empêche l'envol ?

Tout au long du roman, Jacob McNeely se questionne sur sa vie, sur le poids de son héritage familial, sur son avenir. Elevé dans un milieu de toxico, avec des parents ne l'ayant jamais accompagné, appelé à continuer le trafic de son père, Jacob apparaît emplâtré dans une forme de fatalisme. Fatalisme assez facile à comprendre mais dont il se sent incapable de se défaire.
Pourtant, la présence de Maggie à ses côtés le fait envisager de nouvelles choses, plus belles
J'ai beaucoup aimé suivre l'évolution de Jacob, jeune homme sensible évoluant dans un monde ultra violent.  
Sa rencontre avec Maggie est lumineuse. Jacob doute, Maggie l'encourage et l'incite à voir la vie sous un nouvel angle. Avec Maggie, Jacob sort peu à peu de sa carapace et s'autorise à s'imaginer une vie meilleure. Pour elle, il est prêt à déplacer des montagnes et va d'ailleurs en déplacer. C'est une très belle relation qui les unit, une relation qui leur apporte à chacun. Maggie est une belle jeune femme qui a su voir et faire éclore le meilleur de Jacob. 
Mais cette relation est-elle suffisante ? 
 
Clairement, tous les ingrédients étaient réunis pour me plaire.
Roman noir implacable, je suis toutefois obligée de reconnaître que ma lecture a connu des hauts et des bas. 
J'ai été emportée très souvent par ma lecture, de nombreux passages m'ont émue. J'ai trouvé de la sensibilité, de l'émotion, de la poésie dans la noirceur. Mais malgré cela, j'ai trouvé quelques passages répétitifs, des questions redondantes qui m'ont gênée. Pendant ma lecture, je me suis demandé à plusieurs reprises ce que je garderai de ce roman : cet agacement face aux répétitions ou ces beaux passages ? 
Et bien, la fin du roman m'a permis de répondre à la question. Car, contre toute attente, cette fin m'a tout simplement cueillie. Elle était magistrale, je n'ai rien vu venir, j'ai voulu croire que... mais non... Bref, c’était sublime. Les personnages ont pris une envergure que je ne soupçonnais pas et j'ai écarquillé les yeux à me les faire sortir des orbites. 

Donc, pour conclure, je pense que ce roman prouve simplement que David Joy est un jeune auteur à surveiller. Un auteur qui n'en est encore qu'à ses balbutiements mais qui ne va pas tarder à éclore.
 

Je remercie chaleureusement Netgalley et Livraddict qui m'ont permis cette découverte.

   
 

mardi 12 juillet 2016

L'héritière de Jacaranda de Tamara MCKINLEY




Voilà un roman passionnant dans lequel il est bon se plonger.
Ce n'est que ma deuxième rencontre avec Tamara McKinley mais à chaque fois, il se passe quelque chose qui fait que cette auteure a une place particulière pour moi.
Pour moi qui ai eu, pendant mon enfance, comme lecture de chevet préférée "Les oiseaux se cachent pour mourir", qui ai rêvé d'Australie en regardant également les feuilletons, lire Tamara McKinley relève un  peu du retour aux sources. Cette saveur-là a quelque chose de précieux.

L'histoire débute avec la mort de Jock Witner. Ce patriarche à la tête d'une grosse entreprise viticole australienne a tyrannisé sa famille pendant plusieurs décennies. C'est donc un soulagement pour sa femme, ses enfants et petits-enfants, neveux et nièces. Sentiment toutefois atténué par une forte inquiétude quant au devenir de l'entreprise familiale. En effet, Jock Witner, avant de mourir, s'est attaché à saboter le travail de toute une vie. Mauvais placements, investissements conduisent inexorablement la société à la faillite. 
La situation est plus que préoccupante, des français sont décidés à racheter les vignes et la famille doit se mettre d'accord sur l'avenir qu'elle souhaite pour les terres de Jacaranda.
Les membres n'ont pas tous la même vision des choses, entre ceux souhaitant récupérer un héritage rapidement et ceux attachés à l'histoire familiale et désirant sauver le vignoble.

Au centre de ces guerres intestines, règne Cornelia la femme de Jock. A plus de 90 ans, elle décide d'accomplir un dernier voyage sur les terres de Jacaranda. Pour cela, elle se fait accompagner par sa petite-fille Sophie et en profite pour lui raconter l'histoire familiale. 
 Alternent donc des flashbacks racontant l'histoire de Rose, jeune servante londonienne  et l'histoire actuelle où la famille se déchire sur l'avenir de ce grand vignoble australien.
Secrets familiaux, malheurs, épreuves et amour se dévoilent pages après pages.
On découvre le monde de l'entreprise du vin à notre époque ainsi que l'arrivée des colons anglais au XIXème siècle et la façon qu'ils ont eu d'apprivoiser la nature.
Dans ce roman, la place belle est faite aux femmes.Tamara McKinley nous offre un sacré panel de personnalités qui gagnent toutes en profondeur au fur et à mesure du roman. Leur rôle est crucial et très vite, on se rend compte que les terres de Jacaranda ont pu devenir un très grand vignoble grâce à leur courage et leur force de caractère. J'ai adoré voir évoluer toutes ces femmes. Vraiment chouette ! 

Pas de déception donc à la lecture de l'héritière de Jacaranda. Tamara McKinley m'a offert une nouvelle facette de l'Australie et je suis certaine de repartir en voyage avec elle.


LCSN#2 : mission accomplie !




jeudi 23 juin 2016

Le challenge de l'été #4



Et oui, c'est l'été!
 Et qui dit lancement de l'été ne dit pas seulement fête de la musique mais aussi le challenge lectures de l'été.




Cette année, j'y participe à nouveau et me lance un petit objectif avec la lecture de 10 livres.

Voici ma sélection de livres ( incomplète pour l'instant car j'attends encore l'arrivée de certains livres de la médiathèque ) 

Mes lectures obligatoires :



L'héritière de Jacaranda :
C'est le livre que je dois lire pour le challenge sans nom avec Nelfe.












De fièvre et de sang :
Une LC programmée pour septembre pour enfin découvrir Sire Cédric










La fractale des raviolis :
Un emprunt médiathèque.







D'après une histoire vraie :
Quand je me le suis acheté à la rentrée littéraire dernière, je me suis promis de le lire avant qu'il sorte en poche. Donc il est temps que je m'y mette.







  Là où les lumières se perdent
C'est un part' que je devrais bientôt recevoir...








 
Le livre des Baltimore :
Une LC avec Stellade ma copinaute de LC
Je préfère lire les pavés l'été mais celui-ci se lira certainement très vite s'il est aussi addictif que l'affaire Québert.







 Et puis les autres lectures, celles qui me tentent depuis un certain temps et que j'ai envie de lire en priorité.




L'amie prodigieuse :
Une lecture qui me fait très envie et que j'ai réservé pour l'été.









De force :
Un livre emprunté que j'ai envie de rendre assez rapidement à sa propriétaire. 







Le chagrin des vivants :
Un roman historique sur la première guerre mondiale qu'il me tarde de lire. 








Voilà, on arrive déjà à 9 livres, le 10ème sera choisi par ma chère Nelfe pour notre futur Challenge sans nom :)

Pour cette saison, je me réserve toutefois le droit de changer mes lectures facultatives, j'en ai déjà beaucoup de programmées et été et obligations n'ont jamais fait bon ménage chez moi...

Bises à tous et vive l'été !!!   

dimanche 22 mai 2016

Surtensions d'Olivier NOREK



Avec Surtensions, j'étais certaine de passer un bon moment de lecture. En effet, après avoir lu Territoires il y a quelques mois, il me tardait de retrouver la plume d'Olivier Norek. J'avais eu un énorme coup de cœur pour ce roman et l'intuition que très vite Mr Norek deviendrait un de mes auteurs chouchous. Et bien, force est de reconnaître que j'ai eu du flair. 
Surtensions est donc le troisième roman d'Olivier Norek et met de nouveau en scène Victor Coste, capitaine à la criminelle du 93.  
Ce dernier opère toujours avec ses collègues Johanna, Sam et Ronan. Ensemble, ils ressemblent d'ailleurs davantage à une famille, plus soudés que jamais.
Cette fois-ci pourtant, les enquêtes sur lesquelles ils travaillent vont vraiment les malmener.

Le roman commence avec deux histoires parallèles. Nous faisons d'abord la connaissance de Nano Mosconi. Il est incarcéré à la prison de Marveil, réputée pour la violence qui y règne. Nano, jeune braqueur inexpérimenté, ne parvient pas du tout à s'imposer dans ce monde qui n'est finalement pas le sien. Entourés de fous furieux, la prison ne lui réussit pas et cela inquiète sa sœur ainée qui est prête à tout pour le faire sortir de là.
Puis nous retrouvons Victor Coste et son équipe, confrontés à un kidnapping avec une demande de rançon. Cette affaire échoue lamentablement, provoquant pour Coste une très forte remise en question. Ce dernier flirte avec le burn-out depuis un moment et peine à se remotiver.
 Pourtant, très vite, Victor Coste va devoir se ressaisir car les affaires s'emballent à la Crim'. 

En lisant Territoires il y a quelques mois, j'avais bien senti la patte Norek. Ici, avec Surtensions, cette sensation se confirme clairement.

Pour moi, l'écriture de Norek rime d'abord avec réalisme.
Nous sommes dans le 93 et on s'y croit vraiment. Le fait que Norek ait exercé comme lieutenant de police en Seine Saint Denis n'y est certainement pas pour rien.
La vie à la brigade est très bien décrite. A la Criminelle cohabitent les policiers passionnés, dévoués, cherchant simplement à exercer leur métier le plus humainement possible avec des collègues imbuvables aux dents longues, des supérieurs à l'ego surdimensionné n'hésitant pas à user et abuser de leur pouvoir. Alors forcément, ce genre de cohabitation est loin d'être aisé et ne se passe pas sans anicroche. Je n'ai jamais mis les pieds dans une brigade mais ça m'a semblé criant de vérités. 
Enfin, Olivier Norek met également en avant le système branlant de notre système judiciaire. La justice n'est plus ce qu'elle a été ( si elle a été un jour juste ? vaste question...) Ici, sont clairement visés les avocats qui n'hésitent pas à utiliser les failles de la justice pour innocenter leurs clients sans oublier au passage de sortir leur épingle de jeu. C'est écœurant et fait froid dans le dos.

Mais Norek ne se limite pas à cela. C'est aussi une intrigue béton. L'écriture est certes fluide et assez simple mais le rythme qu'il nous impose est  juste intense. Pas de coup de mou durant ces 500 pages, Norek nous promène. Les actions s'enchaînent avec force et précision. Les dominos tombent un à un, entraînant les suivants et on assiste à un artifice d'événements en se demandant où tout cela va nous mener. C'est terriblement intelligent et addictif. Et la fin du roman est grandiose. Il m'a fallu un long moment pour m'en remettre.

 Et puis, il ne faut pas oublier les personnages. J'ai beaucoup parlé de Coste mais Coste sans ses collègues n'est pas grand'chose. J'ai adoré suivre cette équipe qui partage bien plus que le travail. Je me suis senti bien avec eux et me suis attaché à chacun d'eux. J'ai été très sensible à la manière de Norek de les faire évoluer ensemble, se soutenant, partageant bons et terribles moments. Je crois que cette équipe fait partie de mon top 3 parmi toutes les équipes que j'ai pu suivre lors de mes autres lectures. 

Alors, pour conclure, je ne vous dirai qu'une chose. Courez découvrir Olivier Norek. Ses romans gagnent en puissance et son talent se confirme. Bravo et merci Mr Norek !



Je remercie donc de tout cœur les éditions Michel Lafon et Livraddict qui m'ont permis de passer cet excellent moment de lecture.  

dimanche 1 mai 2016

Le challenge sans nom #2



ô Joie en ce 1er mai pour Nelfe et moi, c'est aujourd'hui que commence officiellement la seconde édition de notre bébé à nous : le challenge sans nom ! 
Et oui, souvenez-vous, il y a deux mois naissait ce petit challenge qu'on voulait à notre image. Un challenge aux consignes souples, pas trop précises nous permettant de coller facilement à un thème sans se prendre la tête. 
 La première édition sur le neuf et l'ancien a été un franc succès, nous avons réussi toutes les deux à remplir notre mission. La motivation étant toujours aussi vive, on a enchaîné tout de suite avec une deuxième session.

Pour cette seconde édition, c'était à Nelfe de réfléchir à un nouveau thème. Prévenue il y a 15 jours, elle n'a rien fait et m'a pondu deux thèmes en direct live. 
Je m'attendais un peu au pire et là, premier sourire : "Ah tiens, le premier thème correspond à ce qui me trottait dans la tête !"

Sans plus attendre, voici donc l'idée que nous avons eu chacune de notre côté. 
Il s'agit donc de "A l'autre bout du monde". 
En choisissant ce thème, Nelfe pensait à un roman ayant pour racine un pays lointain. Et puis, en discutant, on a décidé d'élargir un peu le thème en acceptant également les romans faisant voyager dans le temps.


Nous voilà donc parties tout de suite à farfouiller dans la PAL de l'autre. Moment jubilatoire !
Mes petites antennes frémissent de joie, elles sont en pleine forme ce soir où nous échangeons pour créer le deuxième épisode du challenge sans nom.
 Quels livres peuvent rentrer dans le thème ? Qu'est-ce qu'on aimerait faire lire à l'autre ?

Voici donc ce que j'ai dégoté pour Nelfe :
A l'annonce du thème, il y a une auteure qui m'a immédiatement fait tilt. C'est Tamara McKinley. Impossible de faire l'impasse tant l'auteure m'évoque voyage, chaleur et dépaysement. C'est donc tout naturellement que je lui ai proposé Eclair d'Eté.


 Le choix du second livre a été un peu plus compliqué, j'ai eu plusieurs idées mais je n'étais pas trop convaincue. Et puis, je suis tombée sur Wisconsin de Mary R.Ellis. Oh la la, les antennes qui s'excitent, pas de doute, c'est exactement le livre qui lui faut ! 




Voilà Nelfe ira en Australie ou aux Etats-Unis. 


Et pour moi ? Que m'a choisi Nelfe ?

Première proposition, tenez-vous bien ! 


 Ah ah ah, je crois que les antennes de Nelfe ce soir-là était exactement sur les mêmes ondes que moi. Eclats de rire ! Pour Nelfe également, le voyage lui fait tout de suite penser à la même auteure que moi.

Seconde proposition, bon là, les antennes de la miss ont certainement commencé à fatiguer. En effet, lorsque je lui ai suggéré le voyage dans le temps, je pensais tout simplement à un roman historique. Mais non, Nelfe y a vu un appel du pied de ma part. Comme si c'était mon genre !
Donc, gentiment, elle m'a proposé le roman Replay de Ken Grimwood où le personnage principal fait un voyage dans le temps. Livre qui lui parle d'autant plus qu'elle a lu ce livre en Thaïlande. Enorme le clin d’œil, ça en donne des frissons.





Je fus quand même un peu embêtée quand il a fallu choisir, ces deux livres me parlent tant et puis finalement j'ai choisi 





suspense...
















Parce que c'est l'auteure que nous avons en commun et aussi parce que ce livre est dans ma Pal depuis un long moment alors je saisis l'occasion. Et puis, de toute manière, c'est évident que lorsque je lirai Replay, je penserai à ma Nelfe et à la Thaïlande.


Vous voulez avoir la version de Nelfe sur le grand moment de vie de blogueuse que nous avons vécue avec cette deuxième édition ? direction le le capharnaum éclairé



Piste noire d'Antonio MANZINI


Voilà l'hiver est terminé, les fleurs pointent leur nez depuis un bon petit moment déjà mais j'ai eu envie de prolonger un peu la saison en m'offrant un petit polar hivernal. 
Piste noire, le titre met tout de suite l'eau à la bouche.
L'intrigue se passe dans le nord de Italie, dans un petit village de montagne isolé : Champoluc. Rocco Schiavone y est un commissaire depuis peu. Il vient en effet de quitter sa Rome natale et contraint de travailler dans le Val d'Aoste. Difficile pour lui de s'adapter à ce nouveau climat, ses nouveaux collègues, source pour lui de nombreux désagréments. 
D'ailleurs, il n'essaye même pas de s'adapter, il espère juste un retour rapide vers la capitale.
 Rocco Schiavone est ainsi un personnage antipathique au possible : toujours bougon et de mauvaise humeur, saisissant la moindre occasion pour passer ses nerfs sur ses collègues.

Sa mauvaise humeur va malheureusement être de nouveau accentuée lorsqu'on découvre un cadavre enseveli sous la neige, écrasé par une dameuse. Lui qui n'aime pas ce genre "d'emmerdements" est comblé. Très rapidement, il est obligé de se pencher vers la piste de l'assassinat. Une pénible enquête commence ainsi, obligé de collaborer avec des policiers incompétents, il doit constamment faire preuve de patience ou pas...
Cette enquête l'amène également à se frotter aux autochtones qu'il avait jusqu'à présent tendance à fuir et à dénigrer. Il découvre alors le monde des taiseux de la montagne : étrange mais finalement pas si inintéressant !

Le démarrage de ce roman est loin d'être sensationnel. J'ai souvent eu l'impression que l'auteur tombait trop  facilement dans les clichés du roman policier avec le personnage du commissaire bougon, peu facile d'accès et au passé compliqué. 
Des répétitions m'ont aussi parfois agacée. Certes, elles avaient certainement pour but d'apporter une touche d'humour au roman mais quand ces remarques sont redondantes, elles finissent par apporter une certaine lourdeur au texte. Heureusement, cette impression ne m'a suivie que dans le premier tiers du roman. 
Très rapidement, le roman gagne en qualité. La lecture est fluide, très facile et les pages défilent toutes seules.
 L'élément qui m'a le plus plu est lvolution du personnage principal :  Rocco Schiavone. Au premier abord, on ne sent qu'une personne hautaine, dédaigneuse vis-à-vis des autres, au passé sombre. Mais, petit à petit, il se révèle, prend en épaisseur. L'auteur s'éloigne peu à peu de la caricature du flic de mauvais poil. Apparaît ainsi, au fil des pages une personne humaine et pleine de sensibilité, affectée par un deuil difficile à faire mais également un homme un peu plus obscur, cherchant à retirer son épingle du jeu dans cette Italie de magouilles.  Et là, j'ai franchement apprécié ces deux facettes de Rocco Schiavone, à tel point que je me suis prise d'affection pour cet homme. Les flash-backs qui éclairent sur son passé y sont pour beaucoup et je ne peux que saluer le savant dosage entre ceux-ci et l'intrigue. Ils ont apporté un dynamisme à la lecture.
En ce qui concerne l'intrigue, celle-ci bien que simple est plutôt prenante. C'est vrai qu'on y retrouve tous les ingrédients d'un roman policier classique : un meurtre dans un village isolé, des montagnards se connaissant tous, des histoires de dettes, de liaisons... Rien de nouveau donc mais lorsque la mayonnaise prend et que le plaisir de lecture est là, je n'y vois pas d'inconvénients. La lecture a d'ailleurs été d'autant plus agréable que je n'ai pas vu venir la fin. Je pressentais bien certaines choses mais je n'ai jamais été sûre de moi. Et ça, pour un amateur de polars, c'est un élément non négligeable.
 Pour conclure, je dirais que ce bouquin ne révolutionne pas le genre, fait même penser à un roman policier à l'ancienne mais fait clairement passer un bon moment. Et ça, c'est déjà plus que satisfaisant.



Je remercie Livraddict et les éditions Folio policier pour leur confiance.